Le chanteur allemand Daniel Freitag a tout d’un insatiable explorateur : de son petit village allemand à une des plus grandes salles de Berlin avec son premier groupe puis aux scènes de théâtre internationales en tant que compositeur et enfin de retour à ses débuts musicaux de songwriter et producteur.

Daniel Freitag a enregistré son premier album par ses propres moyens. Michael Haves (Super700) y a participé comme co-producteur, mixeur et bassiste. Olaf Opal, qui a produit tous les albums du groupe indie allemand The Notwist, a également pris part au processus de création. La plupart des chansons ont été enregistrées en live avec des musiciens de la scène jazz berlinoise. Le résultat est un voyage dynamique et énerétique par-delà les profondeurs de l’Indie-Pop éculée, un premier album émancipé.

Daniel Freitag a appris à écrire et à produire la musique par lui-même. Alors qu’il est encore à l’école, il emménage son premier studio dans le sous-sol de ses parents. Après des études de musicologie, il découvre que le théâtre est un lieu des possibles, un lieu où il peut réaliser ses idées musicales. Il commence à travailler à la renommée Schaubühne de Berlin où il compose pour Thomas Ostermeier (« L’ennemi du peuple ») ainsi que pour Ivo van Hove (« Antigone »). Sa musique est entendue dans les théâtres du monde entier. Il collabore avec de nombreux autres artistes et écrit de la musique pour des réalisateurs comme Kirill Serebrennikov (« L’étudiant ») et Vincent Dieutre (« Jaurès »).